Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Maurice Ravel

dimanche 26 mars 2017


Les blogs Qobuz

3 mars

Le blog-notes de Claude Samuel Sacem et Adami – Jeunes talents aux Bouffes-du-Nord Encore Ravel – Un scandale au Belvédère

Les blogs Qobuz La mezzo-soprano Ambroisine Bré, une des Révélations de l’Adami – © Florent Drillon/Adami Il fut un temps, et ce temps dura des siècles, où les auteurs n’étaient pas rétribués pour l’exécution de leurs œuvres, ni leurs héritiers ; et je songe, par exemple, à la détresse de cette pauvre Anna Magdalena, la seconde épouse et veuve de Bach qui mourut quasiment dans la misère, malgré de nombreux enfants qui ne s’en préoccupèrent guère. La Sacem et quelques autres sociétés de même nature ont remédié à travers le monde à cette carence. Mais l’époque change et l’on s’est aperçu que le travail de notre Sacem, énergiquement conduite pendant quarante ans par Jean-Loup Tournier (1930-2015), un combattant dont j’ai personnellement apprécié la vaillance, devait s’étendre à d’autres catégories d’artistes, en particulier aux interprètes que les nouveaux modes de communication risquaient de déposséder du (juste) bénéfice de leur travail. Des artistes-interprètes (classiques et variétés) ont donc créé il y a soixante ans une société qui, non seulement redistribue des sommes conséquentes (plus de cinquante millions d’euros, chiffre de 2014) mais soutient de bonnes causes : l’Adami (Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes). Le soutien apporté à de jeunes artistes en est une, c’est évident, et le succès remporté lundi dernier au Théâtre des Bouffes-du-Nord par les « Révélations de l’Adami » prouve qu’au-delà de la « bonne action », il est toujours passionnant d’entendre de jeunes artistes, capables de prendre tous les risques, pas encore précautionneux face à une gloire forcément précaire. Et que de talents sur ce plateau ! Avec les voix d’Ambroisine Bré et de Marie Perbost, de Fabien Hyon et d’Anas Seguin, le violoncelle de Yan Levionnois qui fut récompensé en 2009 au Concours Rostropovitch (le dernier, hélas, quelques semaines avant que la Mairie de Paris ne prononce son arrêt de mort), le violon d’Anna Göckel (impeccable dans Ysaÿe), le piano de Josquin Otal et la clarinette d’Amaury Viduvier délicieusement espiègle dans la Fantaisie sur Carmen de Sarasate. Quant au finale, un extrait de La Périchole, il aurait mérité la présence de quelques caméras de télévision… Bref, une soirée méli-mélo mais qui rend heureux. Merci, l’Adami ! Un moment de bonheur, partagé entre le plateau et le public – © Florent Drillon/Adami Maison de poupée Ravel est de nouveau à l’affiche… des faits divers. Ce n’est plus son Boléro qui est en cause, mais la maison de poupée où il vécut de 1921 à sa mort en 1937. Maison dite « Le Belvédère » installée à Monfort-l’Amaury, passablement exiguë, qu’Edouard Ravel, le frère du compositeur, a léguée jadis à la Réunion des Musées Nationaux. Si exiguë que six personnes seulement sont acceptées pour une même visite. Pas question de photographier, moins encore de toucher au piano sur lequel Ravel a composé ses deux Concertos. Le sanctuaire, rue Maurice Ravel, à Montfort l’Amaury dans les Yvelines. Qui a osé le profaner ? (DR) Que s’est-il passé au Belvédère le vendredi 27 janvier ? Quel fait divers à l’occasion de la visite de la « maison Ravel » par mon ami le maestro Charles Dutoit, en compagnie de son épouse, la violoniste Chantal Juillet, de Martha Argerich, sa première épouse et de leur fille Annie ? Quel scandale que la presse, générale et spécialisée, a pris soin de relayer ? Martha s’est-elle installée au piano ? La mairie a-t-elle a été alertée de quelque éventuel désordre ? Hervé Planchenault, le maire de la cité, et Patricia Guerlain, son adjointe à la culture, ont-ils botté en touche ? Les élus ont-ils voulu liquider quelque vieille querelle avec l’association des Amis de Ravel ? Clochemerle assuré ! L’émoi Ce que je remarque, c’est moins « le chef-d’œuvre en péril » que l’empressement de la presse à commenter cet événement musical majeur. « Le monde de la musique classique est en émoi », lance Le Figaro. Il ne faut tout de même pas exagérer. J’ai jadis suffisamment bataillé pour savoir que les rédacteurs en chef les plus sourds se délectent de ces mésaventures, ce que j’avais fait remarquer à l’un de mes supérieurs : « Si Rubinstein donne un admirable récital, il a droit, au mieux, à vingt-cinq lignes dans la page culture. Si Rubinstein se casse la jambe en entrant sur scène, il sera le lendemain à la une »… Retrouvez la chronique de Claude Samuel dans le magazine Diapason de mars 2017 : « Ce jour-là, 25 mai 1887 : l’incendie de l’Opéra-Comique »

Resmusica.com

Hier

Jeunesse et post-romantisme européens par le Secession orchestra

Paris. Auditorium du musée du Louvre. 22-III-2017. Anton Webern (1883-1945) : Passacaille op.1 (arrangement de Clément Mao-Takacs) ; Gustav Mahler (1860-1911) : extraits des Lieder aus Der Jugendzeit et des Lieder aus "Des Knaben Wunderhorn" ; Blumine (arrangements de Clément Mao-Takacs) ; Alban Berg (1885-1935) : extraits des Sieben frühe Lieder (arrangement Clément Mao-Takacs et Vincent Buffin) ; Johannes Brahms (1833-1897) : extraits des Ballades op. 10 (arrangement de Clément Mao-Takacs) ; Arnold Schönberg (1874-1951) : Lied der Waldtaube, extrait des Gurre-Lieder (arrangement d'Arnold Schönberg) ; Maurice Ravel (1875-1937) : La Valse. Marion Lebègue, mezzo-soprano. Secession Orchestra ; direction : Clément Mao-Takacs.






La lettre du musicien (Comptes rendus)

6 mars

La belle moisson de l'Adami à Paris

Le concert des Révélations classiques de l’Adami se tenait une fois de plus au théâtre des Bouffes-du-Nord : l’occasion d’entendre quatre jeunes chanteurs et autant d’instrumentistes dans des pages allant de Mozart à Bartók. Un grand cru ! Côté chanteurs, la mezzo-soprano Ambroisine Bré remporte sans conteste la palme du jeu. Mutine en colporteur filou, elle brille dans le fameux Air de Lazuli extrait de L'Etoile de Chabrier. Jouant volontiers avec le public, elle déploie une voix agile, portée par une diction impeccable. Le ténor Fabien Hyon offre un Lenski aussi ensorcelant que pudique dans l’un des airs les plus poignants d’Eugène Onéguine de Tchaïkovski. Le beau chant s’élève, élégant, déployant les coloris d’une palette subtile et maîtrisée. La soprano Marie Perbost convainc dans la charmante, mais virtuose, "Valse de Paris" extrait des Cent Vierges de Charles Lecocq. La voix est puissante, les aigus sont ciselés et le vibrato, tantôt incisif, tantôt rond, confère une expressivité bienvenue à cet air désuet. Enfin, le baryton Anas Seguin est un Ricardo convaincant, voix profonde et capiteuse, dans un ardent « Ah, per sempre io ti per dei » de Bellini (Les Puritains) : quelle éloquence ! Passant sans peine du bel canto à Gounod, il est un Valentin charismatique (Faust). Côté instrumentistes, on salue la performance du clarinettiste Amaury Viduvier dans l’Hommage à Manuel de Falla de Bella Kovacs où, seul sur scène, il dessine les arabesques et les mélismes de la partition, avec une éblouissante variété de nuances et de couleurs. Sa virtuosité s’exprime encore dans la redoutable transcription de la Carmen Fantasy de Sarasate où la maîtrise du souffle est... sidérante. La violoniste Anna Göckel fait elle-aussi montre d’une digitalité étourdissante dans la Sonate n°3 d’Ysaye. Accords timbrés, basses profondes et ligne claire... elle triomphe des écueils de la partition avec une belle aisance, sans aucun étalage. Fine musicienne, elle brille ensuite dans le troisième mouvement de la Sonate pour violon et violoncelle de Ravel, avec Yan Levionnois : chambristes aguerris, les deux interprètes savourent chaque harmonie et jouent sur les intensités de lumière que recèle cette partition impressionniste. L’un des grands moments de la soirée est sans conteste l’interprétation de « El Amor y la Muerte » extrait des Goyescas opus 11 de Granados par le pianiste Josquin Atal. Il élabore un lyrisme teinté de mélancolie, parfaitement dosé. Spontané, le jeu, tout de finesse et de retenue, souligne les harmonies clair-obscur de la mélodie. Chanteurs et instrumentistes se retrouvent enfin dans un savoureux extrait de La Périchole d’Offenbach... bissé deux fois ! (27 février)

Maurice Ravel
(1875 – 1937)

Maurice Ravel (7 mars 1875 - 28 décembre 1937), était un compositeur français de l’époque moderne. Avec son aîné Claude Debussy, Ravel fut la figure la plus influente de la musique française de son époque et le principal représentant du courant dit impressionniste au début du xxe siècle. Son œuvre, modeste en nombre d'opus (quatre-vingt-six œuvres originales, vingt-cinq œuvres orchestrées ou transcrites), est le fruit d'un héritage complexe s'étendant de Couperin et Rameau jusqu'aux couleurs du jazz et d'influences multiples dont celle, récurrente, de l'Espagne. Caractérisée par une grande diversité de genres, la production musicale de Ravel respecte dans son ensemble la tradition classique et s'étale sur une période créatrice de plus de quarante années qui la rendent contemporaine de celles de Fauré et Debussy mais aussi de Stravinski, Bartók ou Gershwin. La grande majorité de ses œuvres a intégré le répertoire de concert. Parmi celles-ci le ballet symphonique Daphnis et Chloé (1909-12), le Boléro (1928), les deux concertos pour piano et orchestre (pour la main gauche, 1929-31 ; en sol majeur, 1930-31) et l’orchestration des Tableaux d'une exposition de Moussorgski (1922) sont celles qui ont le plus contribué, depuis des décennies, à sa renommée internationale. Reconnu comme un maître de l’orchestration et un artisan perfectionniste, Ravel ne s'est jamais départi d'une sensibilité et d'une expressivité particulière.



[+] Toute l'actualité (Maurice Ravel)
26 mars
Resmusica.com
20 mars
Resmusica.com
16 mars
Le blog d'Olivier...
14 mars
Resmusica.com
9 mars
Le blog d'Olivier...
6 mars
La lettre du musi...
3 mars
Les blogs Qobuz
2 mars
Classiquenews.com...
27 févr.
Le blog d'Olivier...
18 févr.
Resmusica.com
17 févr.
Classiquenews.com...
16 févr.
Classiquenews.com...
16 févr.
Sphère Wordpress
16 févr.
Le blog d'Olivier...
15 févr.
Le blog d'Olivier...
14 févr.
La lettre du musi...
10 févr.
Le blog d'Olivier...
10 févr.
Le blog d'Olivier...
10 févr.
Le blog d'Olivier...
7 févr.
Télérama Musique ...

Maurice Ravel




Ravel sur le net...



Maurice Ravel »

Grands compositeurs de musique classique

Boléro Dafnis Et Chloé Gaspard De La Nuit Concerto En Sol Tableaux D Une Exposition

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...